18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 08:55

 

Une borne d'accueil d'une agence de Pôle Emploi à Reims.
Une borne d'accueil d'une agence de Pôle Emploi à Reims. (Photo Francois Nascimbeni. AFP)

 

Alors que le chômage bat des records, le ministre du Travail Michel Sapin recevait ce vendredi matin plusieurs associations de demandeurs d'emploi. Toute décrivent un désespoir social de plus en plus marqué. Jacqueline Balsan, vice-présidente du Mouvement national des chômeurs et précaires, est pourtant ressortie avec une «énorme frustration et une grande insatisfaction» de son rendez-vous. «Le ministre ne nous a rien appris», dénonce la responsable. Entretien.

Cette rencontre avait été décidée après l’immolation d’un chômeur devant le Pôle Emploi de Nantes, le 13 février. Un mois après, quel bilan tirez-vous de cet entretien ?

Nous sommes très déçus, d’autant que Michel Sapin n’est resté qu’une heure sur les deux de notre rencontre. Il a présenté ses mesures pour l’emploi, mais il ne nous a absolument rien appris. Il a conscience de l’urgence de la situation, qu’il ne peut d’ailleurs pas nier, mais il ne peut absolument rien annoncer. Aujourd’hui, le chômage est une préoccupation, mais pas les chômeurs. C’est terrible, car derrière les chiffres, il y a des personnes qui vivent des situations dramatiques.

Quelles étaient vos revendications ?

Nous demandions la réactivation du fonds social d’urgence, créé en 1997, et actuellement en sommeil. Cela permettrait à toute personne en attente d’allocations de recevoir une aide financière temporaire. Nous n’avons eu aucune réponse sur ce point. Pourtant, quand il y a deux jours de neige, on arrive bien à créer un comité d’urgence... Nous réclamions un moratoire sur les trop-perçus [on estime à 300 millions d’euros ces sommes versées par erreur par Pôle Emploi et ensuite réclamées aux chômeurs, ndlr]. C’est aussi un échec.

A quel point la situation s’est-elle dégradée sur le terrain ?

Les SOS se multiplient. Les chômeurs ont le sentiment de ne pas être écoutés, et ils retournent la violence qui leur est faite contre eux-mêmes. Mais Pôle Emploi semble ne pas avoir conscience de ces problèmes. La direction songe à mettre en place des bornes tactiles dans les agences : on recommence avec la dématérialisation des rapports, alors qu’on manque de contact physique entre les personnes. Autre problème, que j’ai constaté à Montpellier : les agences ont été «reterritorialisées». Résultat, sur les onze existantes, cinq ont été supprimées. On va augmenter la taille des agences restantes, recentrer les personnels... Ce n’est pas la bonne stratégie.

Michel Sapin revendique pourtant 2 000 embauches à Pôle Emploi...

C’est vrai, mais c’est complètement insuffisant. Un conseiller peut se voir confier 350 chômeurs, dont 70 en suivi renforcé. C’est beaucoup trop. La formation des agents d’accueil laisse également à désirer. Certains maîtrisent les questions d’indemnisation, d’autres celles du suivi individualisé... Cela crée une inégalité entre les chômeurs, renforcée par la complexification des situations. Le système est devenu inique.

Partager cet article

FO Pôle Emploi Alsace - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires

Fo Pôle Emploi Alsace

  • : fopealsace
  • fopealsace
  • : FO Pole Emploi Alsace, 2ème syndicat dans la région, vous informe rapidement de l'actualité sociale et syndicale à Pole Emploi
  • Contact

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog